Aller au contenu principal
A propos d'HEC A propos d'HEC
Summer School Summer School
Faculté et Recherche Faculté et Recherche
Bachelor Programs Bachelor Programs
MBA Programs MBA Programs
Programme PhD Programme PhD
Executive Education Executive Education
HEC Online HEC Online
A propos d'HEC
En bref En bref
Qui sommes-nous ? Qui sommes-nous ?
Egalité des chances Egalité des chances
HEC Talents HEC Talents
International International
Sustainability Sustainability
Diversité et inclusion Diversité et inclusion
Stories Stories
Fondation HEC Fondation HEC
Vie du campus Vie du campus
Summer School
Youth programs Youth programs
Summer programs Summer programs
Online Programs Online Programs
Faculté et Recherche
À propos À propos
Corps professoral Corps professoral
Départements Départements
Centres Centres
Chaires Chaires
Financements Financements
Knowledge@HEC Knowledge@HEC
Grande Ecole
& Masters
Grande Ecole
Master in Management
Grande Ecole
Master in Management
Programmes
Masters
Programmes
Masters
Doubles
Diplômes
Doubles
Diplômes
Programmes
Bachelor
Programmes
Bachelor
Programmes
Summer
Programmes
Summer
Exchange
students
Exchange
students
Vie
Etudiante
Vie
Etudiante
Notre
différence
Notre
différence
Bachelor Programs
Vue d'ensemble Vue d'ensemble
Course content Course content
Admissions Admissions
Fees and Financing Fees and Financing
MBA Programs
MBA MBA
Executive MBA Executive MBA
TRIUM EMBA TRIUM EMBA
Programme PhD
Overview Overview
HEC Difference HEC Difference
Program details Program details
Research areas Research areas
HEC Community HEC Community
Placement Placement
Job Market Job Market
Admissions Admissions
Financing Financing
FAQ FAQ
Executive Education
Accueil Accueil
Qui sommes-nous ? Qui sommes-nous ?
Univers de formation Univers de formation
Programmes Programmes
Offres entreprises Offres entreprises
Événements/Actualités Événements/Actualités
Contacts Contacts
HEC Online
En bref En bref
Programme diplômant Programme diplômant
Certificats Executive Certificats Executive
MOOCs MOOCs
Summer Programs Summer Programs
Youth programs Youth programs
A propos

Transition écologique: faut-il réglementer pour sauver la planète ?

Transition écologique: faut-il réglementer pour sauver la planète ?

Sur fond de mobilisation des agriculteurs en France et dans toute l’Europe contre des politiques vertes qu’ils jugent injustes, la première édition du "Baromètre des transitions" par Viavoice – HEC Paris, L’Obs et France info met en lumière la question clivante de la réglementation et du "prix à payer" pour réussir la transition écologique. Elle révèle aussi que l'eco-anxiété ne touche pas seulement les jeunes, mais la très grande majorité de la population.

Baromètre des Transition mars 2024: Transition écologique: faut-il réglementer pour sauver la planète ?

 
Réalisé en partenariat avec ViaVoice, L’Obs et France Info, la nouvelle enquête d’opinion récurrente d’HEC Paris (qui s’ajoute au Baromètre des décideurs, publié depuis 2004) vise à évaluer la perception du degré d’engagement des Français en matière de transition écologique et sociétale.

L’année politique s’est ouverte sur une crise sociale majeure représentée par le mouvement de colère des agriculteurs. Sa particularité résidait dans son caractère largement métapolitique, qui a transcendé à bien des égards les traditionnels clivages partisans. A la fois rendue responsable d’une utilisation des sols bien souvent néfaste à la planète, l’agriculture est à la fois l’un des meilleurs bras armés de l’outillage de la transition écologique.

Responsables donc, mais aussi victimes d’une réglementation européenne parfois difficilement lisible dans l’opinion, comme si l’enjeu était moins celui des objectifs, largement partagés, que de la méthode. En somme, le mouvement social des agriculteurs a mis au jour l’insoluble casse-tête de la transition écologique.

L'éco-anxiété, un phénomène transgénérationnel

77 % des cadres et 69 % des Français en général se déclarent inquiets s’agissant du changement climatique. Les proportions respectives se disant même « très inquiète » s’élèvent même à un cadre sur trois (34 %) et un Français sur quatre (25 %). Si quelques différences sont à noter s’agissant du détail de cette inquiétude, elle se révèle relativement transgénérationnelle.

Les résultats de cette première édition du baromètre des Transitions tordent même le cou à l’idée souvent véhiculée selon laquelle les plus jeunes seraient les plus sensibilisés et inquiets.

En effet, si 69 % des 18 – 24 font part de leur inquiétude, c’est un score en ligne avec la moyenne, et même inférieur à la catégorie 50 – 64 ans dont la part de Français inquiets s’élève à 76 %.

Seuls 45% des français estiment leur entreprise engagée en faveur de la transition 

L’engagement perçu des entreprises ne recouvre que partiellement ce niveau d’inquiétude populaire et tempère ce constat. L’étude menée par Viavoice pour HEC Paris, L’Obs et France info révèle à ce titre que les cadres comme les actifs en général coupés en deux :
- La moitié des cadres français estiment que l’entreprise ou l’organisme pour lequel ils travaillent est engagée sur les enjeux environnementaux quand l’autre moitié pointe un manque d’engagement.
- Le constat est similaire s’agissant de la catégorie des actifs dans son ensemble : 45 % estiment leur entreprise engagée quand 48 % font le constat inverse.

 

Une chose est sûre : la conversion progressive des entreprises au développement durable ne saurait être réduite à un effet de mode, François Gemenne, Professeur à HEC Paris.

 

S’agissant de la perception des dynamiques d’engagement, les données d’opinion de l’étude menée par Viavoice permettent l’optimisme : 6 cadres sur 10 et plus de la moitié des Français actifs estiment que, sur les trois dernières années, leur entreprise est davantage engagée sur les enjeux environnementaux. Auprès de chacun de ces deux publics, un tiers reste peu convaincu (respectivement 34 % et 36 %).

Croissance contre protection de l’environnement

Invités à se positionner sur un choix opposant volontairement croissance économique et protection de l’environnement, le rapport de forces varie sensiblement selon les publics.
Si une majorité de cadres (55 %) souhaitent en effet privilégier la protection de l’environnement quitte à nuire à la croissance économique, les Français se montrent plus partagés : 43 % déclarent partager cette position mais plus d’un tiers (35 %) souhaite privilégier la croissance économique quitte à nuire à l’environnement.

De quoi tempérer les volontés d’une opinion pourtant très largement inquiète pour le climat (69 %) mais qui continue de placer le pouvoir d’achat et l’emploi largement devant les enjeux climatiques s’agissant de ses priorités.

La réglementation européenne sur l’environnement divise les Français

A en croire les données issues de cette 1ère édition du baromètre des Transitions, l’impact des règlementations européennes sur l’économie divise :

- Un tiers des cadres estiment qu’elles favorisent les entreprises de l’UE sur le long terme mais pour près de la moitié (46 %), le droit européen les défavorise.

- Aux yeux de la moitié des Français (50 %), ces réglementations défavorisent les entreprises européennes quand seul 26 % estiment qu’elles les servent.
Un constat sévère mais auquel devront s’accommoder les opinions si, comme elles y appellent, la priorité doit être accordée à la protection environnementale sur la croissance économique.

Transition écologique : lorsque les idéaux se heurtent à la réalité des sacrifices

En conséquence, si 56 % des cadres estiment qu’il est nécessaire, pour répondre à la crise du monde agricole, de revenir sur les normes imposées aux agriculteurs, ils sont 68 % dans la population française globale. La part d’acceptation de sacrifices se révèle, en déclaratif, importante : massive chez les cadres, 7 sur 10 étant d’accord avec l’affirmation selon laquelle "pour réussir la transition écologique, il faut accepter de changer nos modes de production agricole, quel que soit le prix à payer", elle est aussi majoritaire chez les Français (56 %).

Ce "prix à payer" se heurte néanmoins très rapidement au mur de la réalité sociale : si les Français se déclarent prêts à acheter local, à favoriser les circuits-courts et les produits non transformés, seuls 51 % des cadres et 38 % des Français semblent disposer à faire ce pas. Disposés, ou tout simplement capables. Un gouffre semble donc toujours séparer les idéaux de la réalité des sacrifices du quotidien… à moins d’une meilleure répartition des coûts du "mieux consommer" pour affaiblir l’obstacle matériel.


Article basé sur la synthèse par Adrien Broche et François Miquet-Marty de Viavoice

 

Consulter les résultats complets du sondage


Lire le communiqué de presse