Aller au contenu principal
A propos d'HEC A propos d'HEC Faculté et Recherche Faculté et Recherche Grande Ecole
& Masters Grande Ecole
& Masters
Programmes MBA Programmes MBA Programme PhD Programme PhD Executive Education Executive Education Summer School Summer School HEC Online HEC Online
A propos d'HEC En bref En bref Qui sommes-nous ? Qui sommes-nous ? Egalité des chances Egalité des chances Centre Carrières Centre Carrières International International Vie du campus Vie du campus Stories Stories Fondation HEC Fondation HEC Faculté et Recherche À propos À propos Corps professoral Corps professoral Départements Départements Centres Centres Chaires Chaires Knowledge Knowledge Grande Ecole
& Masters
Programme
Grande Ecole Programme
Grande Ecole
MSc International
Finance MSc International
Finance
MS et MSc MS et MSc Programmes
X-HEC Programmes
X-HEC
Doubles Diplômes
en Admission directe Doubles Diplômes
en Admission directe
Visiting students Visiting students Certificats Certificats Vie
Etudiante Vie
Etudiante
Programmes MBA MBA MBA EMBA EMBA TRIUM EMBA TRIUM EMBA Programme PhD Overview Overview HEC Difference HEC Difference Program details Program details Research areas Research areas HEC Community HEC Community Placement Placement Job Market Job Market Admissions Admissions Financing Financing Executive Education Executive Mastères Executive Mastères Certificats Executive Certificats Executive Programmes courts Executive Programmes courts Executive Online Online Executive MBA Executive MBA Formez vos équipes Formez vos équipes Summer School Youth Leadership Initiative Youth Leadership Initiative Summer programs Summer programs Admissions Admissions FAQ FAQ HEC Online En bref En bref Programme diplômant Programme diplômant Certificats Executive Certificats Executive MOOCs MOOCs
Executive Education

3 idées à retenir sur les dividendes avec Pascal Quiry

Il est frappant de voir comment le sujet des dividendes, qui est finalement assez banal, suscite, en France, les passions et les controverses et véhicule avec persistance des idées fausses, alors que dans le reste de l’Europe, c’est un non-sujet.

regreg

Comme je l’explique à mes étudiants de l’ICCF@HEC PARIS, il y a 3 idées et seulement 3 choses à savoir sur le dividende :

 

1/ Personne ne s’est jamais enrichi en touchant un dividende, à la grande différence de la perception d’un salaire avec lequel des parallèles faux sont souvent tirés.

Pour la simple et bonne raison que lorsqu’une société verse un dividende, la valeur de son action baisse mécaniquement du même montant. En effet, elle se prive d’un de ses actifs, des liquidités. Il est donc normal que sa valeur baisse du même montant, de la même façon que je m’appauvris de la valeur de ma maison si celle-ci flambe sans être assurée.

 

Quand je touche mon salaire, aucun autre poste de mon patrimoine ne baisse du même montant. Le parallèle dividendes/salaires n’a donc pas lieu d’être.

Si le dividende n’enrichit pas l’actionnaire, il modifie la consistance de son patrimoine qui devient un peu plus liquide : plus de liquidités et moins d’action en valeur. Le dividende a pour effet de liquéfier partiellement le patrimoine.

 

2/ Le dividende ou le rachat d’actions sont des outils efficaces pour faire circuler l’argent dans l’économie.

Toute entreprise qui se crée a besoin de capitaux propres pour prendre des risques. Ces capitaux propres lui sont apportés par ses actionnaires qui réinvestissent ainsi le produit de cessions d’autres actions ou celui de dividendes versés par des entreprises plus grandes, ou d’autres sources d’épargne. Si l’entreprise ne fait pas faillite, elle se développe et consomme à cet effet des capitaux propres qui lui sont apportés par ses actionnaires actuels, ou des nouveaux. Au bout d’un temps plus ou moins long, elle dégage des résultats positifs, puis son rythme de croissance va se ralentir car même les arbres ne montent pas au ciel. De ce fait, son rythme d’investissements va se ralentir, elle va donc dégager des flux de trésorerie positifs dont elle n’a pas l’usage. Elle pourra les utiliser pour se désendetter, puis verser des dividendes.

 

Et c’est très sain ainsi car, après avoir bénéficié d’injections de capitaux propres quand elle en avait besoin, elle se met à un moment donné à les restituer sous forme de dividendes ou de rachats d’actions à ses actionnaires, à charge pour eux de les investir dans d’autres entreprises qui, elles, ont besoin de capitaux propres pour financer leur développement, comme la start-up avec laquelle nous avons commencé ce paragraphe.

 

Le dividende ou le rachat d’actions sont donc de formidables moyens de financer l’innovation, de rebattre les cartes, de faire circuler l’argent, de lutter contre les rentes et les situations acquises. Les activistes qui ont mis la pression sur Apple entre 2013 et 2016 pour le convaincre de redistribuer ses 150 Md$ de trésorerie accumulée sans aucun autre usage que des dépôts à vue dans les banques ou des bons du Trésor, ont bien fait. Ils ont permis de libérer 150 Md$ de dollars oisifs, maintenant utilisés à financer des Apple de demain.

 

3/ Au niveau de l’entreprise, ceci veut dire qu’une fois que celle-ci a atteint la structure financière avec laquelle elle est à l’aise et qu’elle a fait tous les investissements qui lui paraissait en valoir la peine, le solde peut être redistribué aux actionnaires.

Et en voici une illustration avec Chanel : "Le mandat que m’a confié́ Alain Wertheimer (l'actionnaire de Chanel) est de ne pas avoir de dette, de financer en priorité́ les investissements et de maintenir la structure du bilan. La politique de dividendes est une conséquence de ces priorités." Philippe Blondiaux, directeur financier de Chanel, Les Echos 22 juin 2018. Et c'est dans cette logique que les dividendes 2017 ont été réduits de 591 M$ à 109 M$, pour un résultat net 2017 de 1,79 Md$ en progression de 19 %.

 

Les actionnaires ne demandent pas des dividendes, ils demandent d'abord que l'entreprise trouve des investissements qui gagnent au moins leur coût du capital. Il est vrai qu'il est plus facile de mettre en œuvre cette politique de dividendes sensée quand l'entreprise est non cotée, ou cotée mais avec un actionnaire dominant qui peut l'imposer à certains investisseurs qui confondent dividendes et création de valeur.

 

Article de PASCAL QUIRY

Poursuivre la lecture: PIERRE DESPRET : FAIRE L'ICCF AUJOURD'HUI POUR PRENDRE DES RESPONSABILITÉS DEMAIN