Aller au contenu principal
A propos d'HEC A propos d'HEC Faculté et Recherche Faculté et Recherche Grande Ecole
& Masters Grande Ecole
& Masters
MBA Programs MBA Programs Programme PhD Programme PhD Executive Education Executive Education Summer School Summer School HEC Online HEC Online
A propos d'HEC En bref En bref Qui sommes-nous ? Qui sommes-nous ? Egalité des chances Egalité des chances Centre Carrières Centre Carrières International International Vie du campus Vie du campus Développement durable Développement durable Diversité et inclusion Diversité et inclusion Stories Stories Fondation HEC Fondation HEC Coronavirus Coronavirus Faculté et Recherche À propos À propos Corps professoral Corps professoral Départements Départements Centres Centres Chaires Chaires Knowledge Knowledge Grande Ecole
& Masters
Grande Ecole
Master in Management Grande Ecole
Master in Management
Master in International
Finance Master in International
Finance
MS et MSc MS et MSc Programmes
X-HEC Programmes
X-HEC
Doubles Diplômes
en Admission directe Doubles Diplômes
en Admission directe
Visiting
students Visiting
students
Certificats Certificats Vie
Etudiante Vie
Etudiante
Student
Stories Student
Stories
MBA Programs MBA MBA Executive MBA Executive MBA TRIUM EMBA TRIUM EMBA Programme PhD Overview Overview HEC Difference HEC Difference Program details Program details Research areas Research areas HEC Community HEC Community Placement Placement Job Market Job Market Admissions Admissions Financing Financing Executive Education Executive Masters Executive Masters Certificats Executive Certificats Executive Programmes courts Executive Programmes courts Executive Online Online Entreprises Entreprises Executive MBA Executive MBA Infinity Pass Infinity Pass Summer School Youth programs Youth programs Summer programs Summer programs HEC Online En bref En bref Programme diplômant Programme diplômant Certificats Executive Certificats Executive MOOCs MOOCs Summer Programs Summer Programs
Égalité des chances

Nicolas Maisonneuve-Bonteil : un parcours hors normes

Nous poursuivons notre série sur les parcours remarquables des étudiants qui ont bénéficié des initiatives d’HEC en faveur de l’égalité des chances avec le portrait de Nicolas Maisonneuve-Bonteil. Ce passionné d’escrime a su faire mouche : il a relevé les défis redoutables qui parsemaient son chemin avant d’arriver non seulement sur les bancs d’HEC, mais aussi aux portes de l’Ecole polytechnique.

Nicolas Maisonneuve-Bonteil, HEC Paris

« Ce qui était dur, ce n’était pas le contenu de l’enseignement en prépa, parce qu'il s'agissait juste de travailler et de prendre sur soi. Ce qui était difficile en réalité, c’étaient les codes. Ces codes sont implicites et révèlent un monde très bourdieusien. Dans ce monde, on peut voir le capital social, culturel, économique qui pèse contre soi quand on vient de l’extérieur. » Nicolas Maisonneuve-Bonteil pèse ses mots et les prononce avec une douceur qui révèle l’influence de la philosophie dans ses activités quotidiennes, qu’il s’agisse de ses études, de ses actions en faveur de l’égalité des chances, ou de sa manière esthète de vivre.

Car ce féru de Kierkegaard - « je suis un passionné de sa philosophie complète. Elle m’a aidé à surmonter les pires épreuves » - a très vite remarqué que son profil dénotait par rapport à celui de ses camarades en classe préparatoire au lycée Saint-Michel de Picpus, à l’est de Paris.

La force de caractère de Nicolas, il la tient en partie de quelques professeurs, d’une poignée d’amis, et de ses parents. Son père était diplômé en philosophie, informaticien et formateur retraité, sa mère diplômée aussi de philosophie, rédactrice et formatrice dans la fonction publique: « De classe moyenne, mes parents voulaient le mieux pour moi et m’ont inscrit dans un bon lycée parisien. Heureusement, j’ai été très bien accompagné par d’excellents professeurs qui m’ont fait creuser les sujets que j’aimais à savoir les mathématiques, l’économie, la sociologie, la philosophie et l’histoire. » C’est à ce moment que Nicolas rencontre Jean-Michel Bourmault, professeur de mathématiques en prépa au lycée Henri-IV et à l’époque khôlleur au Lycée Saint-Michel de Picpus : « Il a changé ma vie. C’était quelqu’un qui a toujours eu cette envie d’égalité des chances. Il m’aidait à faire les bons choix, à me poser les bonnes questions. C’est vraiment celui qui m’a donné cette envie d’aller toujours le plus loin possible. C’est devenu mon mentor. »

Résurrection

Ces derniers mots résonnent tragiquement. Car, en deuxième année, Nicolas connaît une période dramatique. D’une voix neutre, il poursuit : « L’été entre ma première et deuxième année, j’ai subi une opération chirurgicale ratée. Celle-ci m’a conduit à plusieurs chocs hémorragiques et finalement à un arrêt cardiaque sur le billard et à une réanimation sur le fil. » Après ces épreuves, l’année 2016 est consacrée à récupérer physiquement et émotionnellement : « J’ai même dû réapprendre à utiliser un stylo. La deuxième année était dévouée à réapprendre à vivre, à se motiver, grâce à des personnes comme M. Bourmault ou mon ami Yann. ». Cependant l’année 2017 eu aussi son lot : « c’est à ce moment que ma mère s’est révélée avoir une pathologie chronique, me conduisant à faire des allers-retours fréquents à l’hôpital pour l’aider, et que mon père, suite à une grave et longue maladie, est décédé entre les écrits et les oraux d’HEC. »

Les résultats positifs ne tardent pas. Nicolas réussit le concours d’entrée à HEC en 2017. En première année d’école, il obtient une licence de mathématiques et d’informatique à Paris-I Panthéon-Sorbonne et réalisera après son année de césure le double diplôme X-HEC Data Science for Business. Cependant ce parcours comportait un obstacle de taille : « je me suis heurté à une réalité bassement matérielle : j’ai 95 000 euros de prêt étudiant que je dois rembourser à partir de 2024… un prêt à l’anglo-saxonne en France finalement ! »

Deux ans après avoir franchi les portes d’HEC, le désir d’ouvrir ses horizons l’amène à effectuer son année de césure au ministère de l’Action et des Comptes Publics, à la Direction du Budget aux affaires européennes, en 2019. Il se focalise alors sur les rapports financiers entre la France et l’Union européenne. « J’ai voulu voir comment fonctionnent nos sociétés européennes d’un point de vue économique. Au sein de la Direction du Budget, j’ai étudié les réalités politico-économiques en Allemagne, en Belgique, en Espagne, un vrai tour d’horizon. »

Quelques mois plus tard, Nicolas entre en tant que consultant en stratégie chez Deloitte au Congo pour aider à établir le plan stratégique de la compagnie nationale d’électricité du Congo-Brazzaville. Il poursuit un an après à Paris dans les équipes de conseil en économie de Deloitte et continue à travailler sur les sujets du continent africain avec la modélisation de la demande d’électricité de l’entreprise nationale d’électricité du Sénégal, puis au Maroc sur un plan d’investissement dans l’industrie agricole et le secteur automobile. Sans compter d’autres missions touchant d’autres pays tel que le Bénin, la Côte d’Ivoire et le Cameroun. « Cette aventure, tant d’un point de vue professionnel que d’un point de vue culturel, a servi à attiser et développer la curiosité que j’ai toujours eu. » A présent, c’est le Japon et la Chine qui l’attire mais avant de les explorer, il souhaiterait entamer un doctorat en économie et machine learning en parallèle de sa carrière professionnelle. « Je me rends compte que l’on recrute maintenant des spécialistes en économie ou en économétrie avec des compétences en data science et en machine learning. Ces nouvelles compétences font partie d’une révolution intellectuelle, et en les combinant cela crée un profil intéressant. »

Lutter pour les autres

Et l’Egalité des chances dans tout ce parcours ? Même si Nicolas a pu découvrir l’association Fleur de bitume dès son arrivée à HEC, c’est à partir de l’année de césure et du début de son année en M2 qu’il se sent prêt à s’engager aux côtés d’étudiants qui ressemblent de près ou de loin à son propre profil. « C’était en 2020 que je me suis dit : "il faut que tu fasses quelque chose de concret pour renforcer l’égalité des chances au niveau des concours". Au-delà d’animer un séminaire en ligne de culture générale, d’économie et de géopolitique sur l’aspect méthodologique, j’ai rédigé des fiches méthodes pour accompagner tous les étudiants qui nous sollicitent. Ces documents les aideront à écrire des dissertations sur tous ces sujets. »  En parallèle, il coache une jeune étudiante. Et pas seulement sur le plan académique, car la dimension personnelle compte également beaucoup pour lui : « le programme Egalité des chances n’a pas vocation seulement à aider à faire entrer dans une bonne école puisqu’il y a aussi l’après, c’est-à-dire ce que l’on fait dans l’école et comment on prépare au mieux sa vie active. L’idée est de créer des partenariats dans la durée. »

Les guidant sur les questions de méthodologie et d’économie, Nicolas insiste donc aussi sur la psychologie et la philosophie des concours. « Mes étudiants sont très motivés mais l’idée est aussi d’aider à structurer leur pensée, à partager un langage « concours » qui n’est pas le même langage que celui d’un doctorat ou d’un master. C’est une question de codes. » Il prend l’exemple de l’étudiante qu’il encadre, Aïcha, qui vient d’Issy-les-Moulineaux. « C’est une élève très méritante issue d’un milieu modeste. On a vu son potentiel et elle a absolument tout pour réussir. Elle a les connaissances nécessaires et les capacités pour. Il reste seulement le problème des codes, c’est toujours pareil. Mon travail est de réussir à les lui donner, de lui montrer qu’elle est capable de rédiger une dissertation d’économie pour HEC, et de lui faire comprendre qu’il s’agit d’un exercice complètement différent d’une école à l’autre. Ensuite, il restera la préparation aux épreuves orales qui sont des entretiens de personnalité plus ou moins déguisés. Pour résumer par la formulation d’un de mes anciens professeurs : "on a des diamants bruts, maintenant notre travail c’est de les polir" - pour faire en sorte qu’ils se rendent compte que c’est possible et qu’il est même bienvenu de rêver. »

Rêver, c’est ce que Nicolas Maisonneuve-Bonteil continuer à faire dans sa poursuite d’une « alchimie parfaite » entre HEC et Polytechnique qui reflète ses passions, partagées entre management et science. C’est pourquoi Nicolas commencera sa carrière professionnelle en tant qu’économiste au sein du cabinet Veltys.

 

Module 120-news

Lire d'autres portraits "Egalité des chances"

Valentin Malique, étudiant à HEC Paris

Le parcours estudiantin de Valentin Malique a démarré avec un séminaire de pré-rentrée PREP’HEC en 2019, peu de temps après son baccalauréat. Cette semaine, qui fait partie intégrante des nombreuses...

Elias Kari, ancien participant du programme PACE d'HEC Paris

Pour Elias Kari, aucun doute : ses nombreuses visites au campus d’HEC à Jouy-en-Josas, il y a six ans, font très certainement partie des moments forts de son parcours. Ces visites ont été organisées dans...

Anaïs Liquier

Dans le cadre des actions d’HEC en matière d’égalité des chances, la lycéenne Anaïs Liquier a suivi le programme PACE HEC tout au long de son année de terminale 2016-2017. Une semaine sur deux, des...

Séminaire Egalité des chances 2015 - HEC Paris

Depuis 2007, le programme PREP’HEC prépare des étudiants scolarisés en classes préparatoires économiques et commerciales, avec l’objectif de renforcer leurs chances de réussite aux concours d’entrée dans...

© Fleur de Bitume - HEC Paris

Avec près de 150 membres (tous étudiants-tuteurs), dont 15 dans le bureau organisateur, Fleur de Bitume est la plus grande association à vocation humanitaire d’HEC, totalement dédiée à l’égalité des...

© Lolita M'Gouni

Les enseignants sont les relais essentiels d’une des initiatives majeures d’HEC Paris en faveur de l’égalité des chances : faire découvrir l’univers des grandes écoles. Ils accompagnent les élèves des...