Aller au contenu principal
A propos d'HEC A propos d'HEC Faculté et Recherche Faculté et Recherche Grande Ecole
& Masters Grande Ecole
& Masters
Programmes MBA Programmes MBA Programme PhD Programme PhD Executive Education Executive Education Summer School Summer School HEC Online HEC Online
A propos d'HEC En bref En bref Qui sommes-nous ? Qui sommes-nous ? Egalité des chances Egalité des chances Centre Carrières Centre Carrières International International Vie du campus Vie du campus Stories Stories Fondation HEC Fondation HEC Faculté et Recherche À propos À propos Corps professoral Corps professoral Départements Départements Centres Centres Chaires Chaires Knowledge Knowledge Grande Ecole
& Masters
Programme
Grande Ecole Programme
Grande Ecole
MSc International
Finance MSc International
Finance
MS et MSc MS et MSc Programmes
X-HEC Programmes
X-HEC
Doubles Diplômes
en Admission directe Doubles Diplômes
en Admission directe
Visiting students Visiting students Certificats Certificats Vie
Etudiante Vie
Etudiante
Programmes MBA MBA MBA EMBA EMBA TRIUM EMBA TRIUM EMBA Programme PhD Overview Overview HEC Difference HEC Difference Program details Program details Research areas Research areas HEC Community HEC Community Placement Placement Job Market Job Market Admissions Admissions Financing Financing Executive Education Executive Mastères Executive Mastères Certificats Executive Certificats Executive Programmes courts Executive Programmes courts Executive Online Online Executive MBA Executive MBA Formez vos équipes Formez vos équipes Summer School Youth Leadership Initiative Youth Leadership Initiative Summer programs Summer programs Admissions Admissions FAQ FAQ HEC Online En bref En bref Programme diplômant Programme diplômant Certificats Executive Certificats Executive MOOCs MOOCs

Anicet Fangwa

Etudiant Programme PhD, Strategy and Business Policy

Anicet Fangwa

Programme PhD

Anicet Fangwa - PhD Student, HEC Paris

Je m’appelle Anicet Fangwa, j’ai 27 ans et je suis camerounais. Je suis né, j’ai grandi et effectué la première partie de mes études à Douala, la capitale économique de mon pays. Je suis arrivé en France pour faire mes classes préparatoires à l’Institut Sainte-Marie d’Antony puis au Lycée Stanislas à Paris en classe étoile. Je suis ingénieur de formation, diplômé en Mathématiques Appliquées de l’Ecole Centrale Paris. Après y avoir obtenu mon titre d’ingénieur en 2014, j’ai décidé de faire un Master spécialisé en stratégie d’entreprise à ESCP Europe. J’ai ensuite débuté une carrière dans le conseil en tant que Business Analyst chez L.E.K Consulting avant de me rendre compte que j’avais envie de continuer à me former sur les questions de stratégie et d’aide à la décision.

Quelle formation suivez-vous à HEC Paris ?

Je suis actuellement doctorant en stratégie et politique d’entreprise à HEC Paris. J’ai commencé mon doctorat en 2016 et je suis sous la supervision du professeur Bertrand Quélin. Je serai diplômé en 2021 et ma thèse aborde la question de la définition de la performance d’une entreprise à partir de critères autres que la profitabilité financière. Mon objectif est de démontrer que la gouvernance peut contribuer considérablement à la création de valeur sociale dans une institution ou une entreprise ou à une plus grande échelle, dans un pays voire même le monde entier. Je travaille actuellement sur la performance des centres de santé en République Démocratique du Congo. Je tente d’identifier les mécanismes de gouvernance et de gestion qui permettent d’avoir le meilleur impact sur l’efficacité et la qualité des soins dispensés dans ce type d’établissement. De plus je propose des recommandations aux bailleurs de fonds tels que la Banque Mondiale afin de concevoir des programmes de financement dans lequel chaque dollar est utilisé de manière optimale pour générer le plus de soins de santé de qualité possible.

Je me suis rendu compte qu’il y avait aujourd’hui très peu de recherche en stratégie sur le sujet de la santé, en Afrique en particulier et ce sujet est pour moi une manière de contribuer au développement du continent.

Pourquoi avoir choisi HEC Paris ?

Après avoir eu un parcours orienté vers les sciences exactes, les mathématiques en particulier, je souhaitais m’ouvrir aux sciences sociales. J’ai décidé de poursuivre mes études à HEC Paris, d’abord parce qu'HEC Paris est une marque avec une excellente réputation. La valeur du diplôme est associée à une qualité de formation de haut niveau avec une large variété de sujet accessible. Les professeurs sont des experts dans leurs domaines respectifs et ils sont disponibles pour nous accompagner dans nos projets de recherche.

Qu’est-ce que ce passage dans la Grande École française vous a apporté ?

HEC Paris m’a apporté 3 choses. Une ouverture d’esprit : j’ai rencontré des étudiants, des managers et des entrepreneurs des quatre coins du monde qui ont challengé ma vision de l’entreprise. Par exemple, des personnalités comme Emmanuel Faber m’ont grandement inspiré dans le choix de mon objet de recherche. Je suis également en contact avec des professeurs émérites qui ont beaucoup d’expérience et qui m’ont prouvé qu’une bonne idée peut être formalisée et diffusée dans le monde du business ,et créer de la valeur financière et sociale. Un réseau dense et efficace : je suis aujourd’hui à Boston (États-Unis) et la solidarité entre alumni est forte ce qui m’a permis d’avoir une meilleur intégration dans la ville. Du crédit : HEC Paris m’offre une crédibilité forte. L’école est connue à l’international et constitue une gage de qualité. J’ai beaucoup plus de légitimité et suis pris au sérieux quand je parle de ma formation. C’est un côté pratique non négligeable.

Comment accueillez-vous l’ouverture d’un bureau d’HEC Paris sur le continent ? Quelles sont vos attentes/espérances ?

J’avais déjà vu les efforts considérables d’HEC Paris pour donner plus de place aux thématiques africaines avec l’organisation du cycle de conférences AfricaDays sur le campus. J’avais été bluffé par la forte implication de certains gouvernements africains également, comme la Côte d’Ivoire qui avait envoyé une délégation. J’ai également entendu parler de Cap 2020 pour la formation de cadres de la fonction publique ivoirienne en technique de gestion et de management ; une initiative qui leur permettra de mieux gérer leurs institutions pour contribuer au développement du pays. L’ouverture du bureau d’Abidjan d’HEC Paris est donc naturellement dans la continuité de cette stratégie. C’est une très bonne nouvelle car en Afrique francophone plus qu’ailleurs sur le reste du continent, nous souffrons d’une pénurie d’institutions formatrices en stratégie d’entreprise et sciences sociales doté d’une visibilité internationale à la hauteur d’HEC Paris. Néanmoins, il est important que ce bureau Afrique de l’Ouest et Afrique Centrale d’HEC Paris mette en valeur les spécificités culturelles africaines, notamment dans les études de cas et les exemples des professeurs. La théorie doit être accompagnée d’une pratique prenant en compte les réalités locales par exemple, en Afrique du Sud l’émergence de la philosophie « Ubuntu » apporte un éclairage atypique aux méthodes de promotion d’un capitalisme social et d’exploitation optimale des ressources des organisations. Ou encore l’organisation et la performance de l’hôpital Panzi au Sud Kivu qui dans un contexte d’instabilité a su développer un modèle d’affaires performant et un processus de fonctionnement efficient pour soigner des femmes victimes de violences sexuelles. Ce bureau gagnerait à mettre de tel cas en avant.

 « 90% des étudiants d’HEC Paris en MBA, changent de secteur ou de position hiérarchique après leur passage à l’école. Une formation de qualité est un véritable tremplin dans une carrière. »

Quel conseil donneriez-vous à un professionnel qui souhaite repasser par les bancs de l’école ?

Je pense que le leadership d’une personne dépend de sa capacité à rester ouvert et à continuer d’apprendre au quotidien. Repasser par les bancs de l’école permet d’être exposé à de nouvelles problématiques, de nouvelles méthodes et de nouveaux sujets, ce qui est toujours stimulant. Je dirais aux professionnels qui me lisent qu’à partir du moment où on a l’impression de ne plus apprendre au sein d’une entreprise, où les tâches deviennent routinières et sans grandes nouveautés, c’est le moment idéal pour retourner se former et monter en compétences pour s’ouvrir de nouveaux horizons. Je le vois avec les étudiants en MBA avec qui j’interagis, 90% des étudiants d’HEC Paris en MBA, changent de secteur ou de position hiérarchique après leur passage à l’école. Une formation de qualité est un véritable tremplin dans une carrière. Et il n’est jamais trop tard pour apprendre.