Aller au contenu principal
A propos d'HEC A propos d'HEC Faculté et Recherche Faculté et Recherche Grande Ecole
& Masters Grande Ecole
& Masters
Programmes MBA Programmes MBA Programme PhD Programme PhD Executive Education Executive Education Summer School Summer School HEC Online HEC Online
A propos d'HEC En bref En bref Qui sommes-nous ? Qui sommes-nous ? Egalité des chances Egalité des chances Centre Carrières Centre Carrières International International Vie du campus Vie du campus Stories Stories Fondation HEC Fondation HEC Faculté et Recherche À propos À propos Corps professoral Corps professoral Départements Départements Centres Centres Chaires Chaires Knowledge Knowledge Grande Ecole
& Masters
Programme
Grande Ecole Programme
Grande Ecole
MSc International
Finance MSc International
Finance
MS et MSc MS et MSc Programmes
X-HEC Programmes
X-HEC
Doubles Diplômes
en Admission directe Doubles Diplômes
en Admission directe
Visiting students Visiting students Certificats Certificats Vie
Etudiante Vie
Etudiante
Programmes MBA MBA MBA EMBA EMBA TRIUM EMBA TRIUM EMBA Programme PhD Overview Overview HEC Difference HEC Difference Program details Program details Research areas Research areas HEC Community HEC Community Placement Placement Job Market Job Market Admissions Admissions Financing Financing Executive Education Executive Mastères Executive Mastères Certificats Executive Certificats Executive Programmes courts Executive Programmes courts Executive Online Online Executive MBA Executive MBA Formez vos équipes Formez vos équipes Summer School Youth Leadership Initiative Youth Leadership Initiative Summer programs Summer programs Admissions Admissions FAQ FAQ HEC Online En bref En bref Programme diplômant Programme diplômant Certificats Executive Certificats Executive MOOCs MOOCs
Executive Education

Entrepreneuriat : transformer des obstacles en victoires

L'argent n'est pas la principale motivation des entrepreneurs. Selon notre étude menée dans le cadre du LIVRE BLANC ENTREPRENEURIAT, 35% des entrepreneurs sont motivés par le désir d'indépendance; tandis que 32% évoquent la nécessité d'être passionné par le concept de leur entreprise. Le risque calculé est la base de l'entrepreneuriat, mais "les entrepreneurs qui ont le mieux réussi sont résilients et capables de transformer des obstacles en victoires", insiste Hervé Gentile, Directeur général d’Alchemy Search.

"Choisir d’être entrepreneur, c’est comme jouer au loto", explique THOMAS ÅSTEBRO, professeur de stratégie à HEC Paris. "Il y a effectivement une chance de réussir, mais elle est terriblement mince, et la plupart du temps, c’est l’échec." Professeur Åstebro recommande aux futurs entrepreneurs de se poser trois questions : y prendrez-vous du plaisir, malgré les semaines à rallonge, le stress élevé et le manque de sommeil ? Pouvez-vous vous permettre de perdre l’argent que vous aurez investi ? Saurez-vous rebondir et retrouver un emploi si votre entreprise échoue ? "Si vous avez répondu oui à ces trois questions, avec un peu de chance, vous y arriverez, sans trop souffrir de la situation", affirme-t-il.

fregr

INTRAPRENEURIAT : UN COMPROMIS SATISFAISANT ?

Pour ceux qui hésitent encore entre la sécurité qu’offre une carrière déjà établie et l’attrait que présente le développement d’une nouvelle idée, il y a une autre solution : l’intrapreneuriat, c’est-à-dire ENTREPRENDRE AU SEIN D’UNE ENTREPRISE déjà existante.

"De plus en plus d’entreprises établies cherchent des sources d’innovation, de nouvelles idées, pour renouveler leur activité", explique Sihem Jouini, professeur associée à HEC Paris. “Elles commencent à encourager leurs propres troupes à innover.” L’intrapreneur qui veut réussir doit être flexible, pour opérer à la fois comme élément interne et externe. "Il faut être capable de gérer l’ambiguïté et l’incertitude, de trouver sa place dans les cadres existants et en même temps de penser différemment. Il s’agit de mettre à profit son réseau et ses connaissances, pour construire à partir de ce qu’on sait de l’entreprise et des connaissances de chacun."

 

Les entreprises ayant une forte culture entrepreneuriale sont plus susceptibles d’être réceptives à ce type de démarche, explique-t-elle. Si la vôtre a déjà lancé des incubateurs en interne, des concours ou des projets participatifs d’innovation, elle est peut-être prête à entendre votre idée d’intrapreneuriat. Cependant, il reste essentiel d’avoir un plan de secours au cas où votre idée ne prendrait pas. Il faut aussi pouvoir démontrer les bénéfices du travail que vous aurez accompli – pour qu’une expérience soit réussie, inutile qu’elle vérifie forcément l’hypothèse de départ.

 

"La façon dont les grandes entreprises acceptent l’échec est un point crucial", explique le professeur Jouini. Mon conseil aux entrepreneurs : mettez l’accent sur les connaissances acquises, les possibilités qui ont été explorées pour l’entreprise, la préparation de l’avenir, l’exploration de différentes options. Si votre projet échoue, il aura tout de même généré des connaissances, de l’apprentissage et de nouvelles compétences.

 

Poursuivre la lecture : IL N’EST JAMAIS TROP TARD POUR SE LANCER

Télécharger: LIVRE BLANC ENTREPRENEURIAT