Aller au contenu principal
A propos d'HEC A propos d'HEC Faculté et Recherche Faculté et Recherche Grande Ecole
& Masters Grande Ecole
& Masters
MBA Programs MBA Programs Programme PhD Programme PhD Executive Education Executive Education Summer School Summer School HEC Online HEC Online
A propos d'HEC En bref En bref Qui sommes-nous ? Qui sommes-nous ? Egalité des chances Egalité des chances Centre Carrières Centre Carrières International International Vie du campus Vie du campus Développement durable Développement durable Diversité et inclusion Diversité et inclusion Stories Stories Fondation HEC Fondation HEC Coronavirus Coronavirus Faculté et Recherche À propos À propos Corps professoral Corps professoral Départements Départements Centres Centres Chaires Chaires Knowledge Knowledge Grande Ecole
& Masters
Programme
Grande Ecole Programme
Grande Ecole
MSc International
Finance MSc International
Finance
MS et MSc MS et MSc Programmes
X-HEC Programmes
X-HEC
Doubles Diplômes
en Admission directe Doubles Diplômes
en Admission directe
Visiting
students Visiting
students
Certificats Certificats Vie
Etudiante Vie
Etudiante
Student
Stories Student
Stories
MBA Programs MBA MBA Executive MBA Executive MBA TRIUM EMBA TRIUM EMBA Programme PhD Overview Overview HEC Difference HEC Difference Program details Program details Research areas Research areas HEC Community HEC Community Placement Placement Job Market Job Market Admissions Admissions Financing Financing Executive Education Executive Mastères Executive Mastères Certificats Executive Certificats Executive Programmes courts Executive Programmes courts Executive Online Online Entreprises Entreprises Executive MBA Executive MBA Summer School Youth programs Youth programs Summer programs Summer programs HEC Online En bref En bref Programme diplômant Programme diplômant Certificats Executive Certificats Executive MOOCs MOOCs Summer Programs Summer Programs
Centre Innovation

Accélérateur ESS : deux ans de réflexion sur la mesure d'impact

L'Accélérateur ESS a fait le choix d'internaliser la mesure d'impact pour améliorer l'accompagnement de ses entreprises accélérées, enrichir sa pédagogie et celle de l'école, et être ainsi plus réactif. Une cheffe de projet a piloté ce projet depuis plus d'un an dans une logique itérative d'essai erreur. Cet article a pour objectif de partager ses réflexions lors de ce cheminement.

Accélérateur ESS -mesure d'impact

Au sein de l'Accélérateur ESS, nous avons fait le choix d'internaliser la mesure d'impact. Cela avait pour nous plusieurs intérêts :

  • comprendre le processus pour mieux accompagner nos accélérés qui se lancent dans une démarche similaire
  • pouvoir par la pratique enrichir la pédagogie de l'école sur ce sujet
  • maitriser l'ensemble du processus et être ainsi réactif

Une cheffe de projet a piloté ce projet depuis plus d'un an dans une logique itérative d'essai erreur. Cet article a pour objectif de partager ses réflexions lors de ce cheminement.

Premier enjeu - la durée du programme

Le programme dure deux ans. L'itération est donc plus compliquée quand il faut deux ans pour compléter une boucle de mesure. Si après une première collecte, on s'aperçoit qu'il aurait mieux fallu poser la question d'une autre manière, il faudra attendre la prochaine promotion pour avoir un cycle complet avec le nouveau set de questions.

Par ailleurs, en deux ans de nombreux formats sont proposés aux accélérés, mentorat, formation, diagnostic, missions personnalisées, parcours thématiques, missions étudiantes... Il est difficile de retracer précisément les liens de cause à effet entre un type de format précis et un résultat.

Nous avons donc fait le choix de mesurer l'évolution de l'accéléré en comparant deux photos de chaque accéléré : les questions du questionnaire de candidature, notre T0, lui seront reposés à la sortie du programme, notre T3. La promotion 2 répondra donc au questionnaire de sortie en janvier 2022, et la promotion 3 en janvier 2023.

Pour ne pas naviguer à l'aveugle entre les deux, nous avons choisi de faire un suivi longitudinal. Chaque été, nous envoyons un questionnaire qui permet à l'accéléré de déclarer s'il perçoit une évolution et de l'attribuer au programme le cas échéant. En juillet 2020, les questions posées n'étaient pas encore bien ajustées et nous avons évalué la pertinence du programme, en demandant aux accélérés d'évaluer l'importance d'une liste d'affirmations dans l'absolu et d'ensuite évaluer si l'accélérateur avait contribué à tous ces items. En juillet 2021, les questions posées relevaient de la notion d'impact et nous avons donc un T1 comparable pour la promo 3 et un T2 à analyser pour la promo 2. [ajouter le schéma]

Deuxième enjeu - distinguer impact direct et indirect

Le programme est l'émanation d'une politique publique territoriale de la Région Ile-de-France, et plus spécifiquement du département spécialisé sur le soutien à l'économie, la branche ESS. L'objectif de ce sponsor clef est de favoriser l'emploi sur le territoire francilien en soutenant un accélérateur qui doit permettre aux accélérés de croitre et d'inclure dans la vie économique plus de personnes.

En tant qu'école et programme pédagogique, nous n'avons que des obligations de moyens, c'est-à-dire de bonne mise en place des moyens d'accompagnement des accélérés. La notion de mesure de l'impact risque d'introduire la notion d'obligation de résultat. Afin de résoudre cette tension, nous avons finalement choisi de mesurer des impacts courts termes, soit des effets immédiats de nos actions, et des impacts longs termes, soit des effets progressifs suite à une série de changements de la part des accélérés. Ainsi nous souhaitons aligner les intérêts de nos financeurs et les limites caractéristiques d'une école.

Troisième enjeu - mesurer pour communiquer

Nous avons essayé de marcher sur une ligne crête entre exigences éthiques et volonté de communication. Nous avons maintenu un niveau d'exigence élevé concernant les chiffres que nous communiquons. L'enjeu est de communiquer sur ces chiffres de façon claire, c'est-à-dire qui explique leur construction. Cet article va dans ce sens. En comprenant la démarche, les chiffres en contexte deviennent compréhensibles. Tout réside dans l’interprétation des chiffres et sa formulation afin que l'analyse soit accessible par tous. Cela nécessite de prendre du temps pour répondre à ces exigences d'objectivité sur l'action menée dans le cadre du programme. A chaque questionnaire, il faut s’interroger sur la formulation des questions pour ne pas introduire de biais qui rendrait le résultat caduque. A chaque collecte, il faut analyser et croiser les données sans forcer les conclusions. A chaque communication, il faut être attentif à ne pas s'attribuer des mérites par omission de détails.

Or ce temps n'est pas toujours compatible avec le temps de la communication, d'autant plus dans un environnement de plus en plus concurrentiel. En effet, depuis 2018, la notion d'impact, centrale pour l'Accélérateur, est de plus en plus débattue par les programmes d'accompagnement à l'entrepreneuriat et devient une clef de différenciation.

Quatrième enjeu - mesurer pour piloter

Les mentors du programme encouragent les accélérés à privilégier la prise de décision basée sur les chiffres et les faits. La mesure d'impact est une façon pour nous de nous appliquer à nous-mêmes cette recommandation. Cela nous permet d'aller au-delà des questionnaires de satisfaction que nous collectons après chaque rencontre collective (formation, masterclass, diagnostic...)

Cinquième enjeu - savoir s'entourer

La promotion 2 de l'Accélérateur était en 2019 la première à être pilotée entièrement par les équipes d'HEC Paris. La tâche nous revenait donc de mesurer l'impact du programme et en parallèle d'un accompagnement des accélérés sur ce même sujet. Lors de l'intervention d'Adrien Baudet, professeur à HEC et praticien au sein de Koreis, devant les accélérés de la promotion 2 en novembre 2019, les premières bases de réflexion ont été posées. En mars 2020, Ricardo Scacchetti, fondateur d'Impact Track déroulait lors d'une conférence une méthode simple de mesure, le tout hébergé sur une plateforme. Cela nous a permis de faire une première itération de mesure d'impact. Toutefois, cette plateforme était à l'époque plus adaptée à des porteurs de projet à bénéficiaire unique. Nos parties prenantes sont multiples et les impacts protéiformes. Nous avons donc opté pour un accompagnement par Improve pour disséquer nos questionnaires et nous guider sur l'analyse. Grâce à ces regards d'experts, nous avons pu progresser et aboutir à l'analyse rigoureuse que nous souhaitions. En parallèle, nous avons pu partager au sein du groupe de réflexion mené par Convergences avec d'autres interlocuteurs qui avaient aussi fait le choix d'internaliser la démarche, I&P et Bayard notamment. Ces discussions auront été riches d'enseignements : rester humble sur ce qu'on peut mesurer (le débutant a souvent envie de perfection et d’exhaustivité) et penser la mesure d'impact comme un outil de discernement pour prendre des décisions.

Aller au-delà de l'impact

Ce travail est une première brique d'une réflexion plus large sur la notion même d'impact. Nous avons évoqué plus haut les intérêts d'une telle démarche (prise de décision informée, communication étayée, etc). Mais la mesure d'impact ne saurait être un miroir fidèle de deux ans de relations humaines au cœur d'un programme si dense. Or on a tendance à dire que "ce qui ne se mesure pas, n'existe pas", car ce n'est pas quantifié, ce n'est pas connu. Il faut donc trouver d'autres manières d'en rendre compte.

La notion de "trace" est pour nous un outil complémentaire à la logique quantifiable, à la mesure de l'impact. La trace c'est ce qui persiste dans le temps et l'espace, ce qui permet de tracer de proche en proche les effets d'une action. La trace offre de la profondeur de champ pour rendre visible la complexité des transformations à l’œuvre dans les organisations que nous accompagnons. Il s'agirait alors plutôt de faire un "relevé de traces" pour chercher à voir les effets. Pour mettre en avant la trace de notre programme sur ces accélérés, il y a de la place pour l'inventivité :

Nous nous interrogeons sur la façon de consigner les verbatims des accélérés, les retours informels confiés entre deux portes.
A la manière d'un écrivain public, la cheffe de projet a expérimenté l'écriture du parcours, de l'histoire de certains accélérés au sein du programme. Une façon de regarder dans le rétroviseur pour voir le chemin déjà parcouru et ainsi le célébrer. Se raconter l'histoire vécue ensemble est un formidable outil pédagogique pour formaliser et fixer les progrès réalisés par toute l'organisation accompagnée.
Nous voulons filmer les pitchs des accélérés lors des prochaines sessions de diagnostics qui rythment le parcours (4 en 2 ans), pour comparer les postures des dirigeants et l'envergure de leurs projets au début et après 2 ans d'accompagnement. Mais pour avoir ces résultats avant/après, il faudra attendre la sortie de la promo 4 en fin 2023 !
Une autre idée à expérimenter est de faire dessiner leur organisation aux accélérés à plusieurs reprises et d'analyser l'évolution de leurs représentations.

La mesure d'impact, une fenêtre sur le programme

Derrière cette logique de mesure d'impact, il y a l'enjeu de rendre des comptes, ce qui est un peu différent de "répondre de ses actes". "Rendre des comptes" s'apparente à la logique comptable, on se met en règle, on fait ce qui est attendu de soi. Plus souvent employée dans un cadre juridique, "répondre de ses actes" renvoie à une notion d'éthique, de justice. En répondant de ses actes on accepte d'être jugé, on ouvre ainsi un dialogue sur les actions qui ont été menées. Il serait intéressant que la mesure d'impact aille au-delà du dicton "faire et faire savoir", au-delà du besoin de faire la preuve de son action. Et si la mesure d'impact devenait un premier pas pour ouvrir un dialogue avec l'ensemble des parties prenantes ? Impact et trace deviennent alors un horizon régulateur, c'est-à-dire un principe qui guide les choix et les actions de toute organisation, un principe qui engage sa responsabilité.

 

Ecrit par Raphaelle CHAYGNEAUD-DUPUY pour l’Accélérateur ESS

En savoir plus sur l' Accélérateur ESS 

Participez à la Masterclass du Lundi 8 novembre