Aller au contenu principal
A propos d'HEC A propos d'HEC Faculté et Recherche Faculté et Recherche Grande Ecole
& Masters Grande Ecole
& Masters
MBA Programs MBA Programs Programme PhD Programme PhD Executive Education Executive Education Summer School Summer School HEC Online HEC Online
A propos d'HEC En bref En bref Qui sommes-nous ? Qui sommes-nous ? Egalité des chances Egalité des chances Centre Carrières Centre Carrières International International Vie du campus Vie du campus Développement durable Développement durable Diversité et inclusion Diversité et inclusion Stories Stories Fondation HEC Fondation HEC Faculté et Recherche À propos À propos Corps professoral Corps professoral Départements Départements Centres Centres Chaires Chaires Knowledge Knowledge Grande Ecole
& Masters
Programme
Grande Ecole Programme
Grande Ecole
MSc International
Finance MSc International
Finance
MS et MSc MS et MSc Programmes
X-HEC Programmes
X-HEC
Doubles Diplômes
en Admission directe Doubles Diplômes
en Admission directe
Visiting
students Visiting
students
Certificats Certificats Vie
Etudiante Vie
Etudiante
Student
Stories Student
Stories
MBA Programs MBA MBA Executive MBA Executive MBA TRIUM EMBA TRIUM EMBA Programme PhD Overview Overview HEC Difference HEC Difference Program details Program details Research areas Research areas HEC Community HEC Community Placement Placement Job Market Job Market Admissions Admissions Financing Financing Executive Education Executive Mastères Executive Mastères Certificats Executive Certificats Executive Programmes courts Executive Programmes courts Executive Online Online Formez vos équipes Formez vos équipes Executive MBA Executive MBA Summer School Youth programs Youth programs Summer programs Summer programs HEC Online En bref En bref Programme diplômant Programme diplômant Certificats Executive Certificats Executive MOOCs MOOCs
A propos

Le Prix HEC du Livre célèbre la disruption

Pour sa 25ème édition, le « Prix HEC du livre sur l’emploi, l’économie et la société » a marqué les esprits, en adjugeant trois Grands Prix à des auteurs remarquables, de trois générations différentes. Tout un symbole, à une époque où la crise sanitaire entraîne les leaders de tous âges à s’unir face aux défis géopolitiques et économiques qu’imposent les confinements successifs. L’événement était diffusé en direct depuis le campus d’HEC Paris.

Jean-Marie Dru et Olivier SIbony - Prix du Livre HEC 2021

Jean-Marie Dru et Olivier SIbony pendant l'édition 2021 du "Prix HEC du livre sur l’emploi, l’économie et la société" 

« Drôle d’année pour fêter le 25ème anniversaire d’un prix qui s’attache à étudier les mutations du monde, les enjeux et les transformations qu’elles impliquent, analysées au fil des années par les auteurs sélectionnés, avec l’appui de leurs éditeurs. » C’est ainsi que Jean-Pierre Richard, co-fondateur du Prix HEC du livre (lire son interview à la suite de cet article, NDLR), a lancé cette soirée si particulière, et si différente de sa première édition, en 1995. L’engagement constant de cet ancien diplômé d’HEC (1966) rejoint celui d’autres fidèles du prix, comme Philippe Oster. Le directeur des Affaires internationales d’HEC a suivi Jean-Pierre Richard au micro pour retracer les succès majeurs du prix qui ont pu jalonner ces 25 dernières années. « Notre premier prix, en 1995, a été attribué à  « Du plaisir au désir de changer » (de Françoise Kourilsky, NDLR). Le ton était donné. »

 

Du contenu externe provenant de www.youtube-nocookie.com a été bloqué.

 

Couverture du livre "Thank you for disrupting"Plus de 50 ouvrages ont ensuite été primés au fil des années, y compris celui de Joseph Stieglitz, « Un autre monde », en 2007. L’année dernière, en présence d’un autre Prix Nobel, Daniel Kahneman, Olivier Sibony avait reçu le Grand Prix du Jury pour son livre « Vous allez commettre une terrible erreur ! » Le professeur en Stratégie et politique d’entreprise à HEC était de retour cette année, pour remettre à Jean-Marie Dru un prix pour son ouvrage « Thank you for Disrupting ». « J’avoue que je me sens comme un teenager devant son idole, » a reconnu Olivier Sibony. « Ce livre très fouillé, riche en anecdotes, se construit autour de 25 dirigeants disruptifs dont la pensée a dépassé les frontières. Qui d’autre que Jean-Marie, qui a inventé la disruption, est mieux placé pour décortiquer les modes de pensée de Jeff Bezos, Emmanuel Faber, Paul Polman Marc Benioff, parmi d’autres ? » En acceptant son prix, Jean-Marie Dru a plaidé pour que le mot « disruptif » devienne un concept positif : « Il faut de la disruption dans tous les domaines : politique, économique et, surtout, écologique pour que nos enfants vivent bien. L’entreprise a un rôle capital pour réparer ce monde, et le réparer vite ! »

 

Marion Bousquet - Prix HEC du livre 2021
Marion Bousquet

Le Prix des Etudiants HEC

Le jury de sept personnes avait la lourde tâche de faire son choix parmi 128 œuvres, envoyées par 44 éditeurs (un record !). « Cette année démontre, s’il en était besoin, que la littérature et le management font bon ménage, » a rappelé en ouverture un de ses membres, Pascal Morand (H78), président exécutif de la Fédération de la Haute Couture et de la Mode : « ce prix est une fête de la culture immatérielle. » 13 ans après la création par les étudiants d’HEC du « Prix Littéraire des Grandes Ecoles », l’étudiante Marion Bousquet est montée sur scène pour partager sa passion pour les livres, et son souhait « de rapprocher les jeunes et la littérature ». « Ce prix est une expression d’optimisme dans notre avenir, » a-t-elle souligné. « Un sondage a montré qu’un tiers des Français s’étaient mis à lire davantage en 2020, surtout parmi les jeunes. Le livre porte à la fois un regard sur l’Autre et sur nous. Il développe notre esprit critique. Et ce prix témoigne de notre engagement vis-à-vis du monde. »

Thomas Huriez avec des étudiants HEC - Prix HEC du livre 2021
Thomas Huriez et des étudiants HEC lors de la remise du Prix HEC du livre sur l’emploi, l’économie et la société

Couverture du livre "Remade en France"Marion Bousquet et une dizaine d’autres étudiants d’HEC, certains depuis l’incubateur HEC à Station F, ont voté à l’unanimité pour attribuer le Prix des étudiants à Thomas Huriez, créateur de la marque de jeans et chaussures 1083. Son livre, « Re-Made en France. Un million d’emplois près de chez nous en produisant et en consommant local » est nourri des réflexions et des expériences d’un entrepreneur engagé auprès des consommateurs et des défenseurs de l’environnement. En recevant son prix, Thomas Huriez a reconnu que son engagement était toujours aussi fort : « Pour le monde d’après, il faut développer la transparence dans la société et simplifier le monde. Pour cela, il me semble que le meilleur moyen pour changer ce monde est par la proximité. » L’étudiante Julia Célérier (M1) a quant à elle insisté sur le lien qui unit les délocalisations industrielles et le mal-être local : « En laissant partir les industries à l’autre bout de la planète, on perd la main sur le mode de production et, en même temps, on perd de vue nos propres modes de vie. »

 

Pascal Morand, Eric Chol et Gilles Fontaine - Prix HEC du livre 2021
Pascal Morand, Eric Chol et Gilles Fontaine lors de la remise du Prix HEC du livre sur l’emploi, l’économie et la société

Un monde à l’heure chinoise ?

Couverture du livre "Il est midi à Pékin"Le Grand Prix 2021 a été adjugé à Eric Chol (directeur de la rédaction de L’Express) et Gilles Fontaine (rédacteur en chef à Challenges) pour « Il est midi à Pékin : le monde à l’heure chinoise » (Fayard). La métamorphose de la Chine et l’impact de son expansion économique sur nos vies sont décrits à travers 38 histoires, une pour chaque fuseau horaire. « Le Covid-19 a bousculé le monde, » explique Eric Chol. « Il y a eu un grand gagnant, la Chine. Mais ce livre n’a pas de parti pris, ce n’est pas du "China-bashing". Nous avons fondé notre récit uniquement sur les faits. » Pour Gilles Fontaine, le livre est l’aboutissement de quinze ans de travail : « Je suis très ému par ce Prix. Il y a 15 ans, on s’est dit qu’il se passait quelque chose d’incroyable en Chine. Elle a méticuleusement et lentement progressé. Elle est aujourd’hui un vrai laboratoire. Mais elle a du mal à se faire apprécier, elle continue à inspirer de la méfiance et de la peur. » Sophie de Closets, présidente des éditions Fayard (qui ont publié le livre), a suivi de près son écriture : « ils ont réuni toutes les pièces du puzzle, avec un talent rare, saupoudré d’humour. Pour être sûrs, nous avons fait le "test du couillon", un test de qualité auprès de quelqu’un qui était en dehors du processus. Le livre a réussi toutes les épreuves. »

 

Sophie de Closets - Prix HEC du Livre 2021

 

La soirée a aussi été l’occasion de mettre à l’honneur le monde de l’édition avec, outre Sophie de Closets, les interventions de Serge Eyrolles et Antoine Gallimard. Les deux éditeurs ont rappelé l’importance de l’exception culturelle française dans le domaine de la littérature et de l’édition papier : « le livre incarne la liberté individuelle et l’esprit entrepreneurial. En France, nous avons un réseau de libraires formidable ! Même dans l’année extrêmement difficile que nous venons de traverser, 400 millions de volumes ont été vendus : le livre est ainsi la première activité culturelle du pays. » Pour Philippe Oster, les défis liés à la crise du Covid-19 ont nourri la démarche des organisateurs du Prix : « le contexte sanitaire global nous a permis de construire pour cette cérémonie une véritable célébration du livre, des auteurs et des éditeurs, bien essentiels au cœur de notre actualité. »

Module 120-news


Trois questions à Jean-Pierre Richard


 

Depuis la fin de ses études à HEC Paris en 1966, Jean-Pierre Richard conserve des liens étroits avec son ancienne école. Le PDG de JPR Conseils a cocréé le département de marketing d’HEC, en 1968. En parallèle, il a été au cœur du partenariat entre HEC et Manpower qui a donné naissance au Prix du livre en 1995. Depuis cette date, Jean-Pierre Richard n’a eu de cesse d’accroître la renommée et l’importance de ce Prix, un des 2000 prix littéraires organisés en France chaque année (un record mondial). Comme chaque année, Jean-Pierre Richard faisait partie du jury des trois Prix attribués le 4 février 2021. Et comme chaque année depuis 26 ans, il a assuré le pilotage de l’événement et la responsabilité des travaux du jury, avec le soutien sans faille de son ami Jacques Perrin.

Portrait de Jean-Pierre Richard

 

Nous fêtons le 25ème anniversaire du « Prix HEC du livre sur l’emploi, l’économie et la société » en 2021. C’est donc l’heure du bilan. Pour vous, qu’est-ce que ces Prix portent d’original et d’impactant ?

Jean-Pierre Richard: Il y a plusieurs facteurs. Nous collectons, auprès d’un grand nombre d’éditeurs, les livres qui sont axés sur le management, les ressources humaines et, plus largement, l’évolution de l’emploi et de la société. Nous analysons d’une manière profonde et sérieuse ces ouvrages avec un jury qui porte des regards différents, des personnes qui se connaissent bien, s’écoutent et ont plaisir à se retrouver. Des complicités se sont nouées entre universitaires et praticiens, autour de références communes à l’entreprise.

Cela nous permet de couvrir les champs de réflexion classiques qui nourrissent l’enseignement à HEC Paris. Mais nous avons voulu aller plus loin, nous élargir au-delà des RH et du management et intégrer ce que l’on peut appeler des sujets presque orphelins, qui ont des impacts énormes sur la société : le climat et les ressources, les grandes mutations géopolitiques, les évolutions sociologiques, l’économie circulaire, les inégalités, le bien commun... Depuis notre première lauréate, Françoise Kourilsky-Belliard, nous avons toujours cherché la diversité, l’ouverture, l’innovation, le changement…

Nous reflétons aussi les publications d’une période. Auteurs et éditeurs suivent aussi des modes. Actuellement, c’est le télétravail, par exemple et, encore, le digital, l’intelligence artificielle et toutes les nouvelles technologies, les neurosciences, la transformation, le design thinking (avant c'était « l’entreprise libérée »), le knowledge management, la gestion des compétences, le coaching, la créativité, l’éthique et les valeurs … Les grands auteurs publient régulièrement de nouveaux livres autour des grands thèmes d’actualité, tout en conservant leur socle de pensée et d'apports.

Nous récompensons aussi des ouvrages originaux, comme celui de Guillaume Pitron. Son livre « La guerre des métaux rares : la face cachée de la transition énergétique et numérique », publié en 2018, est remarquable et reflète des explorations de fond qui sortent de notre pré-carré. Nous avons aussi primé Joseph Stiglitz. Des éditeurs nous présentent des auteurs inattendus. Ce dialogue avec les éditeurs, lors de notre collecte, est précieux pour faire de nouvelles découvertes.

Et puis il y a les Pépites, que vous remettez depuis deux ans… 

Oui, c’est un autre exemple fort de notre désir d’ouverture. Elles permettent d’élargir encore plus notre palette et elles peuvent donner de nouveaux éclairages ; par exemple, en 2019 le livre exceptionnel d’Arthur Lochmann, « La vie solide : la charpente comme éthique du faire ». Nous n’avons pas été surpris qu’il reçoive, en 2020, le prix de l'Académie française Maurice-Genevoix. Ces Pépites reflètent l’ouverture du jury. Cette année, les travaux collectifs pour le livre « Je manage avec bienveillance » et le très complet « Du gaspillage à la sobriété » nous ont séduit par leur engagement et diversité. Ce dernier réunit 39 collaborateurs qui s’engagent pour améliorer le monde du travail et de l’emploi. 

Le Prix des élèves a été ajouté en 2009. Au début de la remise des Prix cette année, vous avez déclaré que, pour vous, il représente un regard essentiel sur les publications de l’année. Comment ce regard a évolué au cours de la dernière décennie ? 

Les élèves sont partagés entre des désirs divers. Ils sont en pleine découverte et ce n’est pas toujours facile pour eux, car ils n’ont pas encore accaparé la culture de l’entreprise et ne peuvent pas apprécier les rôles des RH et du management. Ceux-ci paraissent souvent limités, tant que l’on n’a pas été confronté à la pratique. Mais ils ont une grande culture générale, une curiosité et un goût pour des belles idées. Ces aspects ont été des constantes depuis le début. Le succès cette année de l’ouvrage de Thomas Huriez en est un exemple. Ce livre puise dans le concret, il est exhaustif, l’auteur a intégré beaucoup d’aspects novateurs du management contemporain, c’est aussi un homme d’action, de terrain, très cohérent avec les discours qu’il tient, engagé et inspirant.

La démarche des élèves pour ce Prix est importante : ils sont une dizaine d’étudiants à lire tous les ouvrages présélectionnés et à décider d’un premier choix. Ensuite, ils le partagent avec des incubés HEC de Station F, ainsi qu’avec ceux qui les encadrent. Cette discussion intergénérationnelle donne naissance à un Prix particulièrement riche. 

Quel avenir pour ces Prix ? 

Comme toujours, l’avenir repose sur l’engagement collectif de l’équipe. Sans cet atout, nous n’aurions jamais connu ce succès. Nous allons continuer à chercher des profils pour élargir notre diversité de profil et d’âge et garder ce plaisir à travailler ensemble. J’espère pouvoir réunir les concours pour que nous puissions remettre les prix de la prochaine édition en décembre 2021. Il est toujours difficile de prédire les thèmes qui vont émerger mais j’imagine que les préoccupations du monde post-Covid 19 seront au cœur de nombreux livres. Il y aura certainement d’autres ouvrages sur l’urgence écologique, l’intelligence artificielle et les datas, les technologies appliquées, de nouveaux modèles économiques et ruptures qui s'imposeront… J’aimerais aussi creuser l’impact de l’édition française à l’international. Je me demande : dans quelle mesure la pensée française sur l’économie, le management et l’industrie stimule la réflexion à l’international ? 

 

Lire aussi

24e prix ManpowerGroup/HEC - Olivier Sibony

Trois auteurs ont été couronnés le 8 octobre lors de la 24ème édition du Prix RH Fondation ManpowerGroup / HEC Paris : Luc Julia pour son ouvrage « L’intelligence artificielle n’existe pas ! » (éd. First)...

Remise des Prix ManpowerGroup / HEC Paris - 2018

L’exploitation des métaux rares et l’expansion de l’intelligence artificielle menaceraient-elles notre monde ? L’une comme l’autre constituent pourtant les fondements mêmes des avancées actuelles des...

Guillaume  pitron - cycle de conférence S&O - 2019 vignette

L'association étudiante Le Salon HEC a organisé, le 20 novembre dernier, une conférence avec le journaliste et réalisateur Guillaume Pitron. C'est dans le cadre du prix de la Fondation ManpowerGroup / HEC...